ETOILE BLEUE - JOURNAL DE BORD

L’Eternité est ce que nous sommes

Dans le ciel

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 2:25 on Vendredi, mai 19, 2017

 

https://www.youtube.com/watch?v=t0ykuXCKq6Q

Il n’y a plus rien à dire

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 3:02 on Vendredi, mai 5, 2017

Vous êtes seul avec vous-même, à chaque instant. Cela va devenir de plus en plus pertinent.

Buvez beaucoup d’eau à température ambiante.

Quoiqu’il se passe, restez tranquilles.

Ecoutez les besoins du corps. Ils changent parfois de façon brutale.

Tout ce qui n’a pas été réglé en surface est vu pendant vos nuits, sans exception. Soyez attentifs aux détails.

Il n’y a que vous. Pardonnez-vous.

Séminaires musicaux en mai

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 7:48 on Mardi, mai 2, 2017

Dans la joie de nos rencontres, de nouvelles dates de stages sont proposées pour le mois de mai.

chambres-d-hotes.JPG

Hébergement dans un havre de paix.

http://chants-sons-sans-frontieres.blog4ever.com/articles/stages 

Décollage

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 9:27 on Lundi, avril 17, 2017

On quitte le plancher des vaches…

https://www.youtube.com/watch?v=M_cLajTd6Hs

Les sylphides, le koshi et les chevaux

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 7:14 on Jeudi, avril 13, 2017

Un petit moment partagé en douce compagnie, bien que ma vie, je dois le dire, ne se résume plus qu’à cela.

 https://www.youtube.com/watch?v=fjOIm9SrD-I

http://centre-de-sonologie.blog4ever.com/articles/danse-avec-les-elements-et-les-peuples-de-la-nature 

L’Homme-Dieu est Intégrité

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 1:33 on Lundi, avril 3, 2017

Je suis arrivée pure sur ce monde et repartirai pure.

Je suis arrivée au sein d’une famille éclatée, où le père maltraitait la mère. Il la trompait et la violentait. Alors je pleurais souvent la nuit, au milieu du couloir de l’appartement pour que quelqu’un m’entende. J’avais deux ans. Ma mère assommée par les somnifères ne pouvait me répondre. Seuls les voisins de paliers tentaient toutes les nuits de me rassurer, moi, ma soeur et mes frères derrière une porte toujours verrouillée. Une voisine avait pris l’habitude de nous préparer le repas du midi, parce que notre mère était dépressive, noyée dans son chagrin. Elle ne pouvait que rarement subvenir à nos besoins, jusqu’au jour où nous avons été enlevés de force par l’assistance publique pour nous placer dans des familles d’accueil. Ma mère nous aimait de toutes ses forces mais nous présentait l’image d’une femme malade et très faible.

Nous avons cru pendant longtemps que notre mère nous rejetait parce qu’elle ne pouvait pas s’occuper de nous. C’était un sentiment terrible. La vie nous a éloigné, le temps qu’elle reprenne des forces. J’apprendrai en grandissant la monstruosité de sa souillure. Une femme bafouée enceinte et trompé ouvertement par celui qu’elle aimait. Un homme qui n’a jamais pris soin d’elle. C’est seulement aujourd’hui qu’elle parle.

J’ai vu mon père heureux dans les bras de sa maîtresse.  Elle nous adorait.

Dans ma nouvelle famille, j’ai appris à travailler jeune et à vaquer à mes occupations favorites les après-midis, en dehors de l’école. Mes amis m’appelaient Cendrillon. Mais je riais de cela, parce que aider son prochain a toujours été pour moi naturel. J’ai vécu la famille d’accueil à temps complet et les gardes d’enfants à la journée. Nous étions souvent 12 à table chaque midi. Ma soeur et moi étions habituées à aider dans le ménage, les courses, la promenade des enfants et le biberon des nourrissons. Les devoirs de l’école n’ont jamais été extatiques, sauf pour les activités créatives. Nous avions un grand espace vert pour un potager, un grand cabanon pour les poules, les canards et les cochons dindes. Les vaches du paysan broutaient l’herbe à côté de la propriété. Des journées bien remplies avec un lever tôt chaque matin, même pendant les vacances. La nourriture était abondante, entre les cerisiers, les pêchers, les abricotiers et l’invitation des jardiniers aux alentours à garder leur jardin pendant leur absence en vacances. Toute la famille avait droit de se servir afin d’éviter que les légumes et les fruits ne périssent.

Une vie saine à un certain niveau.

J’ai accueilli les coups de ma mère adoptive.

J’ai accueilli la mémoire d’une femme, petite fille battue par son père qui maltraitait sa mère.

J’ai accueillie sa nourriture et ses talents. Ses joies et ses souffrances.

J’ai accueilli mes premières chansons des étoiles et les ai offerte au public.

J’ai accueilli le regard de l’homme, dans sa fascination et dans son désir. J’ai zappé.

J’ai accueilli sa colère et sa violence physique, j’ai zappé.

J’ai accueilli mes premiers mensonges, par peur.

J’ai accueilli son orgueil et son désir de performance, j’ai zappé.

J’ai accueilli son désir pour la femme, j’ai zappé.

J’ai accueilli l’humour noir, les moqueries et la jalousie, j’en ai souffert, puis j’ai zappé.

J’ai accueilli le premier flirt d’un homme et sa voix langoureuse. J’étais dégoûtée.

J’ai accueilli le regard bienveillant, la douceur et la simplicité. J’étais chez moi.

J’ai accueilli l’homme qui voulait me posséder. Il s’est pris une grande baffe.

J’ai accueilli ses pardons et je lui ai donné ma vie.

J’ai accueilli mon rôle d’épouse et de mère.

Nous avons accueilli deux filles des étoiles libres.

J’ai accueilli le chef d’entreprise attiré par mes talents et possessif. Je lui ai dit au revoir.

J’ai accueilli les enfants de mes frères et de mes soeurs humains, chaque jour dans ma maison. Un travail sans relâche. Des journées bien remplies dans notre maison à la campagne.

J’ai accueilli des parents reconnaissants.

J’ai vécu la Félicité suprême et me suis retrouvée à voyager dans les univers. Je revenais fascinée le matin dans ce corps.

J’ai entendu l’Appel du soleil qui m’a dit “Je t’attends”, alors que je me reposais sur le plexus de mon bien-aimé.

Je fusionnais avec le soleil à maintes reprises, en pleines siestes.  J’étais absorbée par la lumière blanche en un fragment de seconde. Je passais de l’autre côté. C’était très doux et d’une intensité indescriptible.

J’ai toujours vu la lumière noire et des points blancs en fermant les yeux.

Je me suis branchée sur les étoiles et j’ai entendu leurs chants.

J’ai entendu l’Appel de l’étoile bleue.

J’ai commencé à peindre spontanément et à écrire des poésies. J’ai offert les oeuvres au public

J’ai accueilli les annales akkashiques de la Terre. Puis j’ai zappé.

J’ai accueilli Isis Marie et j’ai retranscrit.

J’ai accueilli les messages stellaires des enfants gardés

J’ai accueilli leurs expériences avec leurs frères des étoiles

J’ai accueilli leurs difficultés avec certaines entités

J’ai accueilli leurs projections

J’ai accueilli ce Féminin sacré et ce Masculin sacré.

J’ai accueilli les peurs et les interrogations de mes proches et de mes amis.

J’ai accueilli les joies et les peines.

J’ai accueilli les désirs et les plaisirs.

J’ai accueilli l’intention de divorce et la vente de la maison. Je suis sortie de mon corps.

J’ai accueilli la violence psychique, le déni et le mensonge.

Des attaques qui font mal.

J’ai accueilli les larmes et les frustrations.

L’indifférence et le mépris.

J’ai accueilli un homme dont la flamme éternelle a jaillit de son regard. Je me suis vue en lui.

J’ai accueilli son histoire et sa schizophrénie. Je lui ai ouvert la porte de ma maison.

J’ai accueilli sa beauté, ses douleurs, ses pulsions, ses colères, ses rejets, sa violence, ses peurs, ses obsessions, ses tocs, ses malaises, ses insultes et sa douceur.

J’ai accueilli celui qui condamnait ce monde, celui qui condamnait les archontes, celui qui condamnait les portails organiques, celui qui condamnait ses parents, celui qui condamnait mes enfants. Je lui ai donné ma vie.

J’ai accueilli celui qui voulait me protéger.

J’ai accueilli celui qui ne s’est pas reconnu.

J’ai accueilli celui qui avait peur de l’Amour

J’ai accueilli ses attaques

J’ai accueilli l’animal au bord de la mort

J’ai accueilli le vétérinaire blessé dans son travail

J’ai accueilli les animaux abandonnés ou perdus qui se présentaient à ma porte.

J’ai accueilli le chien de mon voisin qui ne voulait plus rentrer chez son maître.

J’ai accueilli le politicien rongé par les doutes et les aspirations élevées.

J’ai accueilli les croyances au pouvoir et à l’argent.

J’ai accueilli  l’infirmière stressée

J’ai accueilli le suicidaire

J’ai accueilli le médecin confus

J’ai accueilli l’hôtesse de l’air traumatisée

J’ai accueilli la femme violée et séparée de ses enfants

J’ai accueilli  la femme de paille jetée en prison

J’ai accueilli la femme blessée et humiliée

J’ai accueilli celui qui avait faim et qui a voulu abuser

J’ai accueilli la domination matriarcale

J’ai accueilli la domination patriarcale

J’ai accueilli les menaces

J’ai accueilli le professeur aimé de ses élèves et rejeté par l’éducation nationale.

J’ai accueilli le channel égaré et l’orgueil spirituel.

J’ai accueilli les messages transdimensionnels

J’ai accueilli le falsificateur

J’ai accueillie la vibration et la Fusion

J’ai accueilli la femme qui avait peur de chanter

La timide et la traumatisée

J’ai accueilli l’homme maltraité par son père

J’ai accueilli l’animal qui avait peur

J’ai accueilli le vieillard et l’handicapé

J’ai accueilli celui qui se reconnaît, en Joie

J’ai accueilli celui qui avait peur de se montrer nu

J’ai accueilli la célibataire qui aimait un homme marié

J’ai accueilli la femme sourde

Et l’aveugle

J’ai accueilli la souffrance de l’enfant

J’ai accueilli la femme abusée par son père

J’ai accueilli l’avatar qui n’est pas de ce monde

La Lumière qui vient rétablir le Royaume sur Terre

J’ai accueilli le Fils et la Fille ardents du soleil

La Rectitude

J’ai accueilli  la femme masculine

J’ai accueilli l’homme féminin

J’ai accueilli des amants perdus

J’ai accueilli la femme en recherche de son prince charmant

J’ai accueilli la femme enceinte bafouée, abandonnée par son mari.

J’ai accueilli la femme qui a séduit mon compagnon

J’accueille leur fuite sous les yeux déconcertés de mes frères et de mes soeurs.

J’accueille l’enfant dans mon utérus rejeté par le père.

J’accueille la délivrance par le corps.

J’accueille leur abandon, leur trahison, leurs mensonges, leur infidélité.

J’accueille ceux qui refusent de voir

Telle l’épine de la rose enfoncée dans mon coeur

J’accueille la douleur et les hurlements

Ils ne sont pas de mon Royaume

J’accueille la Paix

J’écoute l’oiseau qui chante les fréquences les plus élevées de ce monde et qui me bercent.

Le chat qui est toujours là à donner pour l’autre.

Sans condition,

J’accueille la Grâce.

Tout ne fait que passer.

Je suis ce qui n’est jamais né et qui ne peut mourir.

La paix éternelle

Joie

Ainsi, je suis arrivée sur ce monde à l’état pur et je repartirai ainsi,

Sans bagages, ni histoires,

Libre de voyager dans toute la création.

BMB

Pénétrer le Grand Silence et y rester.

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 9:58 on Samedi, avril 1, 2017

Cela se passe de mots. Le corps et la conscience disparaissent dans cette paix ultime. Il n’y a plus rien que ça. Plus d’écran de la conscience, cela signifie que votre environnement disparaît. Plus d’histoires, plus de liens quelconques, plus de plaisirs, plus d’attractions, plus de désirs, plus de joie non plus, plus de ressentis…cela peut nous prendre n’importe quand, à n’importe quel moment de la journée. Les mouvements du coeur s’arrêtent, tout est suspendu. Place à l’éternel. Place à la Paix. Paix à nul autre pareil.

De retour à la vie ordinaire, il ne reste plus que Cela. Ceux qui se dressent encore contre cette Présence ultime, parce qu’ils ne la vivent pas,  ne peuvent plus être dans votre vie. Il ne peut en être autrement, car la seule Vérité est la Paix suprême. L’Harmonie. Or l’Harmonie se passe de toute histoire. Il n’y a pas de place pour la souffrance non plus. Rien, ni personne ne peut venir défier cela. Nul ne peut pénétrer le Royaume de mon Père s’il ne redevient pas comme un enfant. Il ne peut donc plus avoir de place pour l’illusion ou pour une quelconque projection. Il n’y a plus de place pour la relation. Ce qui se produit est bien au-delà de l’Unité.

Cette paix s’intensifie un peu plus chaque jour à partir du moment où vous comprenez qu’il ne sert à plus rien de bouger. Il n’y a plus rien à faire. La vie s’organise pour vous. Vous n’êtes pas là pour aimer. Vous êtes l’Amour en puissance.  Ainsi, ceux qui tentent (l’ombre) par tous les moyens de vous rattacher à la personne ou au personnage sont éjectés radicalement de votre vie. Ce n’est pas votre monde et cela ne l’a jamais été. L’Amour est Vérité. L’Esprit libre ne tolère pas le mensonge, les faux-semblants. Il ne tolère pas le jeu, ni le Soi. Il voit tout cela, mais ce n’est pas son monde.

Ainsi, ceux qui sont encore identifiés à l’expérience de l’âme et ses attractions ne peuvent pas vous comprendre. Ils fonctionnent en mode inversé. Même le Soi ne veut plus rien dire. Nombreux identifiés au jeu vont confondre la Lumière noire (l’Absolu) avec l’ombre.  Or l’ombre est seulement un aspect de la lumière (de la Création) qui va naturellement vous pousser à vous extraire totalement du jeu, par ses attaques. Les attaques, qui font souvent très mal et qui vont être de plus en plus virulentes au fur et à mesure de cette déconstruction,  n’ont rien à voir avec la Vérité de qui vous êtes. L’ombre va vous pousser ainsi à vous positionner. Elle va vous pousser à être vous-même dans votre rectitude et dans votre Verbe, dans chaque circonstance. Une fois les chocs de la conscience transmutés, la Paix ultime peut jaillir.

La Paix est un chemin solitaire, dans le sens où là où vous êtes, il n’y a rien d’autre que vous.  Vous ne pouvez emmener personne avec vous. Ce grand Silence, au fur et à mesure que vous le devenez, vous pousse à passer les portes du Maha-samadhi. En samadhi, vous ne pouvez plus bouger, vous n’avez plus aucun besoin. C’est une paix qui vous remplit. Le Maha-samadhi est votre départ de ce monde, dans la Paix et la Joie absolues, sans le corps. Ce fût le cas de Ki Jai Babaji, lorsqu’il est revenu en incarnation, dans un corps de synthèse. Ce fût également le cas de Peter Deunov et de Paramahamsa Satyananda. Il y en a eu d’autres et il y en aura encore d’autres qui le vivront, à partir du moment où le divin prend toute la place dans votre vie.

Que l’Amour vous éclaire à chaque instant.

Il n’y a plus de place pour l’illusion.  Les jeux sont terminés.

BMB

On continue tranquillement notre travail…

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 4:03 on Lundi, mars 20, 2017

Nouveaux séminaires proposés en avril.

Dans la joie des sons et de nos rencontres sur Trégastel, Bretagne.

CALENDRIER D’AVRIL 2017

 

 

- Du 3 au 4 avril

- Du 10 au 11 avril

- Du 24 au 25 avril 

 

 

http://centre-de-sonologie.blog4ever.com/stages-et-ateliers-proposes 

 

Le piège des croyances

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 11:00 on Jeudi, mars 9, 2017

La vie est extrêmement simple. Si vous avez vu le jour au sein d’une famille où le père maltraitait votre mère par exemple (abus de pouvoir, menaces, insultes, infidélité, ruptures…) et bien vous allez prendre sur vous l’égrégore familial, lui-même rattaché à l’égrégore collectif. Passage obligé dans votre incarnation. Le schéma va ainsi se répéter dans votre vie à plusieurs reprises jusqu’à ce que vous décidiez de vous stabiliser dans la Demeure de Paix suprême. Et là, c’est fini. La Présence infinie que vous êtes met fin à l’illusion. Point barre. Rendez grâce à vos partenaires, parce qu’ils ont pris aussi du lourd sur eux. Chacun de vous sur Terre faites un grand travail de dissolution.

En effet, il n’existe qu’une seule vérité, c’est la Paix. C’est ce que nous sommes de toute éternité. Si l’état de quiétude disparaît dans la moindre de vos relations, c’est qu’il existe encore en vous des aspects de la conscience qui n’ont pas été éclairés. C’est l’Archange Micaël qui vient rompre les liens faux, les liens qui ne résonnent pas avec la Vérité de qui vous êtes.

Tous les êtres qui vous entourent vivent la même chose que vous, avec leur propre histoire, leur propre scénario. L’illusion est de croire qu’il faut se séparer des personnes que vous aimez ou que vous côtoyez pour vivre libres. Vous n’avez pas à vous séparer de quoique ce soit en Vérité. Vous n’êtes séparés de personne. C’est juste ceux qui ne sont pas en accord avec vous qui s’en vont, c’est tout. Vous n’avez personne à chasser. C’est votre Présence qui va déranger celui ou celle qui ne vibre pas dans le coeur. Le personnage va se sentir menacé. Il va tout faire pour rompre la relation. C’est celui qui ne veut plus vous voir. Si vous êtes fidèle à Dieu, tout le reste s’en suit. Le personnage, il ne peut pas subsister. Les projections finissent par tomber les unes après les autres.

Vous allez déclarer ne pas aimer untel ou untel mais en vérité, ce sont uniquement des aspects de vous que vous projetez sur les autres. Ce sont des aspects de vous que vous rejetez, que vous bafouez, c’est tout. L’Amour, c’est l’Amour. C’est doux. Il ne peut pas rejeter qui que ce soit ou quoique ce soit. Ainsi, la Liberté ou l’endurance. L’Amour ou la falsification. L’Amour ou la peur. Tout dépend du point de vue. Toujours.

Ce qui est certain, c’est que dès que vous vivez la Morsure de l’Amour, vous ne pouvez plus tolérer la prédation. C’est fini. Vous n’êtes pas là pour faire des stages toute votre vie, ni pour de la thérapie à répétition. Tout cela finit par disparaître, parce que la seule chose qui vous anime, c’est la Joie. La joie de qui vous êtes est un baume guérisseur à lui tout seul. C’est la meilleure façon d’aider vos frères et vos soeurs sur Terre. La Présence est Simplicité. Cette joie n’est pas une addiction. Elle est légèreté. Elle est naturelle et en chacun. Elle ne dépend de personne. Que vous viviez seul ou à plusieurs, cela ne change rien. Vous restez le même, en toute circonstance. Il est donc évident que ceux qui vivent encore avec des problèmes non résolus en eux ne peuvent pas vous comprendre, parce qu’ils seront absorbés par des égrégores. C’est cela qui sépare les êtres. Cela vient se coller “entre” eux. Lorsque vous rencontrez un partenaire qui vous fait vibrer, c’est l’amour qui vous réunit, mais s’il existe encore des formes pensées involutives entre vous, la Fusion est compromise. C’est simple.

Ces histoires d’âme soeur, d’âmes jumelles et de flammes jumelles se dissolvent littéralement dans l’Absolu que vous êtes, parce que ça fait sauter tous les égrégores qui vous maintenez dans une histoire. L’Amour est Liberté et il est spontané. Voir votre partenaire avec le regard de l’amour, tout comme voir vos frères et vos soeurs sur Terre ainsi, c’est fusionner avec le divin. Si maintenant l’autre vous regarde sans amour, c’est son problème. Personne ne vous oblige à rentrer dans son jeu.

Voilà ce que j’avais à vous dire pour aujourd’hui.

Je vous salue et vous dis à bientôt.

BMB

Solar

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 7:44 on Lundi, mars 6, 2017

https://www.youtube.com/watch?v=NMUARonDm7c

Page suivante »
 


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 554 articles | blog Gratuit | Abus?