ETOILE BLEUE - JOURNAL DE BORD

L’Eternité est ce que nous sommes

L’Homme-Dieu est Intégrité

Classé dans : JOURNAL 2017 — etoileenincarnationjournaldebord at 1:33 on Lundi, avril 3, 2017

Je suis arrivée pure sur ce monde et repartirai pure.

Je suis arrivée au sein d’une famille éclatée, où le père maltraitait la mère. Il la trompait et la violentait. Alors je pleurais souvent la nuit, au milieu du couloir de l’appartement pour que quelqu’un m’entende. J’avais deux ans. Ma mère assommée par les somnifères ne pouvait me répondre. Seuls les voisins de paliers tentaient toutes les nuits de me rassurer, moi, ma soeur et mes frères derrière une porte toujours verrouillée. Une voisine avait pris l’habitude de nous préparer le repas du midi, parce que notre mère était dépressive, noyée dans son chagrin. Elle ne pouvait que rarement subvenir à nos besoins, jusqu’au jour où nous avons été enlevés de force par l’assistance publique pour nous placer dans des familles d’accueil. Ma mère nous aimait de toutes ses forces mais nous présentait l’image d’une femme malade et très faible.

Nous avons cru pendant longtemps que notre mère nous rejetait parce qu’elle ne pouvait pas s’occuper de nous. C’était un sentiment terrible. La vie nous a éloigné, le temps qu’elle reprenne des forces. J’apprendrai en grandissant la monstruosité de sa souillure. Une femme bafouée enceinte et trompé ouvertement par celui qu’elle aimait. Un homme qui n’a jamais pris soin d’elle. C’est seulement aujourd’hui qu’elle parle.

J’ai vu mon père heureux dans les bras de sa maîtresse.  Elle nous adorait.

Dans ma nouvelle famille, j’ai appris à travailler jeune et à vaquer à mes occupations favorites les après-midis, en dehors de l’école. Mes amis m’appelaient Cendrillon. Mais je riais de cela, parce que aider son prochain a toujours été pour moi naturel. J’ai vécu la famille d’accueil à temps complet et les gardes d’enfants à la journée. Nous étions souvent 12 à table chaque midi. Ma soeur et moi étions habituées à aider dans le ménage, les courses, la promenade des enfants et le biberon des nourrissons. Les devoirs de l’école n’ont jamais été extatiques, sauf pour les activités créatives. Nous avions un grand espace vert pour un potager, un grand cabanon pour les poules, les canards et les cochons dindes. Les vaches du paysan broutaient l’herbe à côté de la propriété. Des journées bien remplies avec un lever tôt chaque matin, même pendant les vacances. La nourriture était abondante, entre les cerisiers, les pêchers, les abricotiers et l’invitation des jardiniers aux alentours à garder leur jardin pendant leur absence en vacances. Toute la famille avait droit de se servir afin d’éviter que les légumes et les fruits ne périssent.

Une vie saine à un certain niveau.

J’ai accueilli les coups de ma mère adoptive.

J’ai accueilli la mémoire d’une femme, petite fille battue par son père qui maltraitait sa mère.

J’ai accueillie sa nourriture et ses talents. Ses joies et ses souffrances.

J’ai accueilli mes premières chansons des étoiles et les ai offerte au public.

J’ai accueilli le regard de l’homme, dans sa fascination et dans son désir. J’ai zappé.

J’ai accueilli sa colère et sa violence physique, j’ai zappé.

J’ai accueilli mes premiers mensonges, par peur.

J’ai accueilli son orgueil et son désir de performance, j’ai zappé.

J’ai accueilli son désir pour la femme, j’ai zappé.

J’ai accueilli l’humour noir, les moqueries et la jalousie, j’en ai souffert, puis j’ai zappé.

J’ai accueilli le premier flirt d’un homme et sa voix langoureuse. J’étais dégoûtée.

J’ai accueilli le regard bienveillant, la douceur et la simplicité. J’étais chez moi.

J’ai accueilli l’homme qui voulait me posséder. Il s’est pris une grande baffe.

J’ai accueilli ses pardons et je lui ai donné ma vie.

J’ai accueilli mon rôle d’épouse et de mère.

Nous avons accueilli deux filles des étoiles libres.

J’ai accueilli le chef d’entreprise attiré par mes talents et possessif. Je lui ai dit au revoir.

J’ai accueilli les enfants de mes frères et de mes soeurs humains, chaque jour dans ma maison. Un travail sans relâche. Des journées bien remplies dans notre maison à la campagne.

J’ai accueilli des parents reconnaissants.

J’ai vécu la Félicité suprême et me suis retrouvée à voyager dans les univers. Je revenais fascinée le matin dans ce corps.

J’ai entendu l’Appel du soleil qui m’a dit “Je t’attends”, alors que je me reposais sur le plexus de mon bien-aimé.

Je fusionnais avec le soleil à maintes reprises, en pleines siestes.  J’étais absorbée par la lumière blanche en un fragment de seconde. Je passais de l’autre côté. C’était très doux et d’une intensité indescriptible.

J’ai toujours vu la lumière noire et des points blancs en fermant les yeux.

Je me suis branchée sur les étoiles et j’ai entendu leurs chants.

J’ai entendu l’Appel de l’étoile bleue.

J’ai commencé à peindre spontanément et à écrire des poésies. J’ai offert les oeuvres au public

J’ai accueilli les annales akkashiques de la Terre. Puis j’ai zappé.

J’ai accueilli Isis Marie et j’ai retranscrit.

J’ai accueilli les messages stellaires des enfants gardés

J’ai accueilli leurs expériences avec leurs frères des étoiles

J’ai accueilli leurs difficultés avec certaines entités

J’ai accueilli leurs projections

J’ai accueilli ce Féminin sacré et ce Masculin sacré.

J’ai accueilli les peurs et les interrogations de mes proches et de mes amis.

J’ai accueilli les joies et les peines.

J’ai accueilli les désirs et les plaisirs.

J’ai accueilli l’intention de divorce et la vente de la maison. Je suis sortie de mon corps.

J’ai accueilli la violence psychique, le déni et le mensonge.

Des attaques qui font mal.

J’ai accueilli les larmes et les frustrations.

L’indifférence et le mépris.

J’ai accueilli un homme dont la flamme éternelle a jaillit de son regard. Je me suis vue en lui.

J’ai accueilli son histoire et sa schizophrénie. Je lui ai ouvert la porte de ma maison.

J’ai accueilli sa beauté, ses douleurs, ses pulsions, ses colères, ses rejets, sa violence, ses peurs, ses obsessions, ses tocs, ses malaises, ses insultes et sa douceur.

J’ai accueilli celui qui condamnait ce monde, celui qui condamnait les archontes, celui qui condamnait les portails organiques, celui qui condamnait ses parents, celui qui condamnait mes enfants. Je lui ai donné ma vie.

J’ai accueilli celui qui voulait me protéger.

J’ai accueilli celui qui ne s’est pas reconnu.

J’ai accueilli celui qui avait peur de l’Amour

J’ai accueilli ses attaques

J’ai accueilli l’animal au bord de la mort

J’ai accueilli le vétérinaire blessé dans son travail

J’ai accueilli les animaux abandonnés ou perdus qui se présentaient à ma porte.

J’ai accueilli le chien de mon voisin qui ne voulait plus rentrer chez son maître.

J’ai accueilli le politicien rongé par les doutes et les aspirations élevées.

J’ai accueilli les croyances au pouvoir et à l’argent.

J’ai accueilli  l’infirmière stressée

J’ai accueilli le suicidaire

J’ai accueilli le médecin confus

J’ai accueilli l’hôtesse de l’air traumatisée

J’ai accueilli la femme violée et séparée de ses enfants

J’ai accueilli  la femme de paille jetée en prison

J’ai accueilli la femme blessée et humiliée

J’ai accueilli celui qui avait faim et qui a voulu abuser

J’ai accueilli la domination matriarcale

J’ai accueilli la domination patriarcale

J’ai accueilli les menaces

J’ai accueilli le professeur aimé de ses élèves et rejeté par l’éducation nationale.

J’ai accueilli le channel égaré et l’orgueil spirituel.

J’ai accueilli les messages transdimensionnels

J’ai accueilli le falsificateur

J’ai accueillie la vibration et la Fusion

J’ai accueilli la femme qui avait peur de chanter

La timide et la traumatisée

J’ai accueilli l’homme maltraité par son père

J’ai accueilli l’animal qui avait peur

J’ai accueilli le vieillard et l’handicapé

J’ai accueilli celui qui se reconnaît, en Joie

J’ai accueilli celui qui avait peur de se montrer nu

J’ai accueilli la célibataire qui aimait un homme marié

J’ai accueilli la femme sourde

Et l’aveugle

J’ai accueilli la souffrance de l’enfant

J’ai accueilli la femme abusée par son père

J’ai accueilli l’avatar qui n’est pas de ce monde

La Lumière qui vient rétablir le Royaume sur Terre

J’ai accueilli le Fils et la Fille ardents du soleil

La Rectitude

J’ai accueilli  la femme masculine

J’ai accueilli l’homme féminin

J’ai accueilli des amants perdus

J’ai accueilli la femme en recherche de son prince charmant

J’ai accueilli la femme enceinte bafouée, abandonnée par son mari.

J’ai accueilli la femme qui a séduit mon compagnon

J’accueille leur fuite sous les yeux déconcertés de mes frères et de mes soeurs.

J’accueille l’enfant dans mon utérus rejeté par le père.

J’accueille la délivrance par le corps.

J’accueille leur abandon, leur trahison, leurs mensonges, leur infidélité.

J’accueille ceux qui refusent de voir

Telle l’épine de la rose enfoncée dans mon coeur

J’accueille la douleur et les hurlements

Ils ne sont pas de mon Royaume

J’accueille la Paix

J’écoute l’oiseau qui chante les fréquences les plus élevées de ce monde et qui me bercent.

Le chat qui est toujours là à donner pour l’autre.

Sans condition,

J’accueille la Grâce.

Tout ne fait que passer.

Je suis ce qui n’est jamais né et qui ne peut mourir.

La paix éternelle

Joie

Ainsi, je suis arrivée sur ce monde à l’état pur et je repartirai ainsi,

Sans bagages, ni histoires,

Libre de voyager dans toute la création.

BMB

 

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 566 articles | blog Gratuit | Abus?